Black Sun Rising

Twilight 1ère Partie

Je suis tranquille en train de prendre du bon temps dans la buvette du Tricorne, un verre d’amasec à la main, quand j’apprends la nouvelle : mon unité serait enfin revenue de mission. Ma nouvelle jambe bionique tressaille d’une joie non contenue à l’idée de revoir Galathéa, Frère Garvel et Solomon et d’écouter me raconter leurs anecdotes. Il parait qu’une certaine Solaria se serait ajoutée à notre équipe. Voilà l’occasion de voir si la petite vaux le détour.
Renseignement pris, j’apprends qu’ils sont tous à l’infirmerie ! Apparemment dans un drôle d’état puisque que tout l’étage 43 en parle. Je me précipite donc vers ce qu’on me désigne être la zone des greffes bioniques. Je reconnais l’endroit. Eux en revanche sont un peu moins reconnaissables : Frère Garvel gît dans un état de semi-inconscience un bras et une jambe coupée nette et marmonne le nom de l’empereur. A ses cotés, Solomon se tiens le ventre mais son visage reste aussi calme et impénétrable que d’habitude. J’aperçois aussi Solaria, qui serait effectivement une belle plante si elle avait encore ses deux jambes intactes : notre cher Frater Constantine s’escrime en effet à lui greffer un énorme bloc de métal en remplacement de sa jambe gauche. Ses nouvelles dendrites médicales s’agitent maladroitement. Je me sens reconnaissant à l’empereur d’avoir été opéré par un servocrâne. Une légère odeur de roussi empli l’atmosphère, et Galathéa apparaît. Elle est intacte mais pue littéralement le ragoût de clota cramé.
J’explose alors dans un fou rire qui dure bien 5 minutes. Sans doute la joie de revoir mes amis vivants et en bonne santé !
« Et ben ! » dis-je en reprenant mon souffle, « Par Saint Drusus, que c’est-t-il passé ? ».
Galathéa étant la seule à pouvoir s’exprimer à peu près normalement, elle entreprend de m’expliquer leurs aventures. De mon coté je tente de ne pas m’esclaffer à nouveau.
Après être sortis du souterrain en clopinant tant bien que mal, tous ressortent avec l’impression d’y avoir passé beaucoup de temps. Ils cherchent alors de l’aide chez Verund et demandent un médecin.
Ils y trouvent une lettre de Clodius :

_Aux immondes représentants de l’oppresseur galactique,

Je tenais à vous informer que vos misérables tentatives pour m’empêcher d’accomplir mon destin de libérateur des peuples ont échoué, nul ne peut s’opposer à mon irrésistible ascension ! Vous, les chiens pouilleux de l’Inquisition, moins que tout autre. Vous avez refusé de serrer la main que je vous tendais. Et bien soit ! Que votre fatuité vous emporte en enfer, infâme valetaille de la ploutocratie corrompue ! Je n’aurais de cesse jusqu’à mon dernier souffle de miner les bases de votre régime inique pour que les vils assassins que vous êtes et leurs maîtres soient enfin jugés par le Peuple et périssent par la main de la juste vindicte populaire dont ils auront déclenché le courroux. Soyez mille fois maudits, avortons de copulations contre-nature entre xenos et mutants, ma colère ne s’apaisera que lorsque vos dépouilles exsangues et moribondes seront jetées aux chiens. J’ai de bons amis dans la Maison de la Bête qui s’occuperont de vous et vous feront regretter d’être venus au monde. Le Ciel m’en est témoin, je verrai bientôt au fond des cages rouges vos têtes plantées au bout d’une pique, les yeux crevés par les corbeaux et la bouche souillée par les excréments de grox. Et là je rirai tout mon saoul. Souvenez-vous bien de ces mots.

Je vous conchie, puissiez-vous croupir dans votre ignominie !
Clodius_

Galathéa et Solomon se rendent ensuite à l’Oracle pour recueillir le fruit de leurs efforts et enfin obtenir la réponse à la question qu’ils avaient posée : Quelles sont les organisations hérétiques travaillant avec le chœur joyeux ». La réponse : « La Question à Double Tranchant ».
Je retiens un nouveau fou rire, car cette information je l’ai découvert en buvant de l’amasec dans une taverne de la ruche et sans risquer d’y laisser un membre. Passons.
L’Oracle s’exclame « Qu’il est ironique que les subalternes utilisent des technologies pré-humaines ». Mes compagnons posent la question suivante : « Qui est le chef ? ». Mais je connais déjà la réponse : « Le sans visage ». « Il paraît que son monde natal s’est fait détruire par l’empereur ». L’oracle nous apprends qu’en dessous de l’église il y a avait un laboratoire de fabrication. Ils apprennent également que L’harmonimomètre est de fabrication Adranti. Cet appareil sert apparemment à mesure l’emprunte psychique, mais ça nous l’avions déjà deviné. La carte en revanche est de fabrication inconnue selon l’Oracle. Nous apprenons aussi que les Adranti sont une peuplade humaine pré-impériale dont le seigneur militant Angevin a détruit le peuple et qui venait de la nébuleuse qui portait leur nom. Quant à la Question à Double Tranchant, il s’agit d’une ancienne guilde de coupes jarrets qui vivent du marché noir.
Enquêtant sur le livre « Liber Horribilis », l’Oracle répond que « Le livre est un piège pour la « Confrérie de la Noirceur Cornue ». il s’agirait d’un culte démoniaque majeur présent sur Scintilla. Ils ont passé des pactes démoniaques qui ont posé de nombreux problèmes lors de leur découverte.
Et pour couronner le tout, nous apprenons que Théodosia pourrait encore se relever et que Claudius se cache sous le ventre de la bête (comprendre Ambulon). La Maison de la Bête dont il est fait référence dans la lettre de Clodius serait composée d’esclavagistes et chasseurs de bêtes Xenos.
Mes amis sont ensuite rapatriés sur Sibellus avec le livre maudit, la lance du warp, la hache tronçonneuse et Verund.
S’ensuit une discussion passionnée sur les raisons de ce massacre …
Une fois l’unité à peu près rétablie, Sand nous convoque pour le débrief. Nous résumons la mission et j’arrive à dissimuler le fait que Galathéa se soit fait possédé par la lance lorsqu’elle s’en soit saisie.
Sand nous affecte sur le Tricorne en attendant qu’ils fassent leurs propres recherches.
Je m’éloigne quelques temps afin de me renseigner sur La Question à Double Tranchant, dont le symbole serait une cèrpe en forme de point d’interrogation. J’apprends qu’il y aurait un changement de main au sein de l’organisation et qu’elle se soit, au moins temporairement, retirée de la circulation ou ait réduit des activités au minimum. En bref, vu le boucan que nous avons fait, ils se sont mis au vert.
Alors que nous sommes en train de nous tourner les pousses, on nous demande de nous rendre dans la ruche de Tarsus pour aider le magistratum local à récupérer un enfant psycher pour y être transféré sur Terra. Nous en profitons pour y faire quelques emplettes au marché.
Soudain une troupe de soldat en armures noires s’approchent dans notre direction. Je me mes à l’écart rapidement avant de m’apercevoir qu’il ne s’agit que de l’inquisition. Les vieux réflexes ont la vie dure. Notre maître, Globus Varak, les envois pour nous escorter et rejoindre le Magnus Echtelion en orbite haute. Nous partons donc en navette Aquilla rejoindre l’immense magnus Echtelion. Ce croiseur magnifique d’un kilomètre de long et bardé de canons est le symbôle même de la puissance de l’empereur et son aspect est d’une beauté à couper le souffle.
Lorsque nous débarquons, l’agitation a pour effet de raidir le pas de Solomon qui y voit là les préparatifs d’une bataille. On fait attendre dans un salon en attendant la visite du capitaine en personne. Des rafraîchissements nous sont servis par un officier de liaison. L’aspect confortable de ce salon au luxe ostentatoire contraste avec la rudesse de l’aspect extérieur du vaisseau.
La double porte renforcée émet un carillon et un petit appareil sphérique roule jusqu’à nous. L’appareil s’ouvre avec une odeur d’ozone et l’hologramme du capitaine Séphire apparaît. Après les salutations d’usage, le capitaine nous explique qu’un Space Hulk s’approche en direction de Scintilla. La projection holographique de l’objet en question fait apparaître une énorme masse rocheuse venue du tréfonds du warp dans laquelle sont enchâssée divers vaisseaux de modèles connus et inconnus.
La double porte émet un nouveau carillon et une silhouette gigantesque en passe avec difficulté l’encablure. Je ne crois pas mes yeux, il s’agit d’un légendaire Space Marine ! Le sergent Agamorr de la Death Watch en personne. Son armure imposante ornée de symboles impérieux, son pistolet bolter de la taille d’un homme et l’impression de puissance qui se dégage de ce descendant de l’empereur lui-même m’arrache un soupir d’admiration. Il pose son casque et retire des stylets de contrôle de la sphère afin de reprendre l’exposé.
Ce Space Hulk répondant du nom de Twilight est sorti d’une perturbation du Warp et touchera Scintilla dans 20 heures. Plusieurs vaisseaux sont déjà prêts à détruire l’objet, mais un signal codé qui en émane a été identifié comme celui de la chasseuse de démon nommée Adorjin, disparue maintenant depuis près de 6 siècles. Nous avons 16h pour récupérer son épée, lumineuse vindicte, et comprendre ce qu’il lui est arrivée.
Le message automatique nous est alors dicté « Je l’ai enfin trouvé, son jugement s’est fait attendre, mais cela devrait se finir là ou tout à commencer ». Le Primus désigné pour cette mission est naturellement Solomon. Le briefing terminé, il n’y a pas de temps à perdre. Nous suivons le Sergeant Agame vers la soute pour nous équiper. Nous revêtons chacun une lourde combinaison de survie de 8kg ainsi qu’un ComVox, un Auspex, un Comux, des lampes, un Horologium et une tablette de donnée avec la carte du Space Hulk ou un chemin évitant les principales zone dangereuses nous est indiqué.
Solaria, se saisi du découpeur laser. Je prends un grappin laissant l’autre à Galathéa. Je me saisi ensuite d’une grenade fumigène, de deux grenades à fragmentation et d’une grenade aveuglante. Je prends également un stim histoire de me donner un peu de courage au ventre.
Solomon est chargé de piloter. En s’approchant de Twilight, nous apercevons des parties entières du vaisseau qui se déforment de façon totalement anormale. A un 1km, un message de la marine nous indique une fluctuation de énergétique est détectée à l’intérieur. Une batterie fait soudainement feu sur nous et nous sommes ballotés dans tous les sens, impuissant, tandis que Solomon tente d’esquiver. Sans beaucoup de succès si j’en juge par les explosions qui font violemment trembler la frêle navette.
Arrivé au point d’ancrage, nous posons enfin le pied. Il nous reste 15h. La faible gravité nous donne une impression de légèreté qui rend presque confortable notre lourde combinaison. Galathéa nous confirme que l’empreinte warpique est clairement visible, et pas besoin d’être psycher pour avoir une idée des dangers terribles qui rôdent dans les couloirs de cet astéroïde.

Comments

Fabien

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.